LA UNE INDAR BELTZA

Sur le mouvement des Gilets jaunes : Un autre fil historique que celui des luttes de classes!

On pour­rait rai­son­na­ble­ment y voir des ana­lo­gies avec plu­sieurs événements his­to­ri­ques comme le soulèvement des Fédérés pen­dant la Révolu­tion française. Même si bien évidem­ment il n’y a jamais de vérita­ble répétition dans l’his­toire, force est de cons­ta­ter que des éléments com­muns caractérisent les gran­des révoltes popu­lai­res dont la lutte anti­fis­cale représente sûrement le point le plus basi­que….

———————————————————————————————————————————-

Pour une journée de résistance simultanée, sans frontières, le 10 décembre 2018 contre le durcissement du capitalisme et de la société autoritaire.

Un appel sans frontières vient d’être publié sur Indymedia Athènes, lancé par Rouvikonas et des compagnons de luttes de plusieurs régions du monde : Grèce, Mexique, Espagne, France, Argentine, Algérie, Italie, Belgique, Canada, Allemagne…
—————————————————————————————————————————–

« Personne n’éduque autrui, personne ne s’éduque seul, les hommes s’éduquent ensemble par l’intermédiaire du monde. » Paulo Freire.

« Pédagogie des opprimés »

« Parce qu’en tant qu’anarchistes nous nous posons la question de notre place dans les mouvements sociaux, notamment vis-à-vis des gilets jaunes, nous prenons le parti de ne pas dissocier pédagogie et insurrection : quelle pédagogie insurrectionnelle mettre en place? Comment partage-t-on le travail ? quelle est la place de nos pratiques dans l’élaboration d’un projet social ?

Dans cette optique, le condensé du texte de Paolo Freire, « Pédagogie des opprimés » permet de penser une pédagogie reléguée dans l’oubli. Comment partir de la cause des opprimés, comment revaloriser nos pratiques et nos luttes ? Dialoguer et considérer que l’autre est capable de penser est un pari philosophique qui est en lui-même révolutionnaire : Tous capables de s’émanciper… mais à quelles conditions ?  »

Extrait :[ …] Quand les opprimés découvrent clairement ce qu’est l’oppresseur et qu’ils s’engagent dans la lutte organisée pour se libérer, ils commencent à croire en eux-mêmes, dépassent ainsi leur « connivence » avec le régime oppresseur. Si cette découverte ne peut être faite à un niveau purement intellectuel mais doit être liée à l’action, il nous paraît fondamental que celle-ci ne devienne pas pur activisme, mais soit nécessairement associé à un sérieux travail de réflexion. C’est seulement ainsi qu’elle constituera une praxis. […]
Prétendre libérer [les opprimés] sans les faire réfléchir sur leur propre libération, c’est les transformer en objets que l’on doit sauver d’un incendie. C’est les faire tomber dans les pièges de la démagogie et les transformer en masse de manoeuvre14. […]
Nous sommes convaincus […] que la réflexion, si elle est vraiment une réflexion, conduit à la pratique. […] S’il n’en est pas ainsi, l’action est pur activisme. […] Les deux pôles, action et réflexion, doivent former un ensemble dont il ne faut pas séparer les éléments. […]
L’action politique à l’égard des opprimés doit être, au fond, une « action culturelle » pour la liberté et donc une action avec eux. […]
Ainsi, la voie à suivre pour ce travail libérateur qui doit être réalisé par les leaders révolutionnaires n’est pas la « propagande libératrice » Ce n’est pas non plus le simple fait de « déposer » la croyance en la liberté chez les opprimés en pensant gagner leur confiance, mais c’est dialoguer avec eux. […] À moins que l’on prétende faire la transformation pour eux et non avec eux, comme il le faudrait pour qu’elle soit authentique ».

PDF Pédagogie des opprimés – Freire Paulo

Document interne de travail du CRÉA
(Cercle de réflexion pour une ‘éducation’ authentique) :
7 Les Champs Dessus, F-71300 MARY,