Biarritz : ils demandent l’annulation du G7, que la ville accueille fin août

La plate-forme anti G7 a rencontré le maire de Biarritz, ce mercredi, pour lui demander d’annuler le sommet qui doit se tenir du 24 au 26 août 2019. En cause : les dépenses occasionnées par le sommet, les risques d’affrontement et l’empreinte carbone.

Le collectif anti G7 demande l'annulation du sommet à Biarritz
Le collectif anti G7 demande l’annulation du sommet à Biarritz © Radio France – Bixente Vrignon

Biarritz, France

Trop de présence policière et des risques d’affrontement, une empreinte carbone éléphantesque pour faire venir à Biarritz des délégations des quatre coins du monde, et des dépenses faramineuses inutiles… Les membres de la plate-forme « Non au G7, pour un autre monde » ont rencontré le maire de Biarritz Michel Veunac mercredi, pour lui dire tout le mal qu’ils pensent du sommet organisé au mois d’août et demander son annulation.

Mobilisation massive plutôt que contre-sommet

La plate-forme ne parle pas encore de contre-sommet, l’un des porte-paroles, Hartzea Lopez, préfère mettre en avant une « mobilisation massive. On veut faire voir nos alternatives: il y aura un village pour faire savoir les projets du Pays Basque à l’opposé du G7. Evidemment on va aussi appeler à de grandes mobilisations citoyennes et massives pour montrer que la population du Pays Basque et d’ailleurs est contre ce sommet« .

Les opposants soulignent aussi que rien n’est moins sûr que les fameuses retombées, mises en avant pour les acteurs locaux : « Tout le monde avance cet argument, mais on n’a aucune données sur les retombées des précédents sommets ».

Les représentants de la plate-forme ont rencontré le maire de Biarritz - Radio France
Les représentants de la plate-forme ont rencontré le maire de Biarritz © Radio France – Bixente Vrignon

Le déferlement des « hordes sauvages »

Et les opposants s’inquiètent aussi du climat sécuritaire. Ils rappellent que le 18 décembre, lors de la première mobilisation contre le sommet du G7, une jeune femme a été blessée par un tir de flashball qui lui a fracassé la mâchoire. Pourra-t-on seulement manifester, alors que la Préfecture a annoncé une interdiction sur un périmètre de 100 kilomètres ?

Le maire de Biarritz Michel Veunac répond : « Interpeller les grands de ce monde dans le cadre de l’ordre républicain, ça peut se comprendre. Mais on redoute ces hordes sauvages, les « blacks blocks » qui viennent de l’Europe du Nord et déchaînent la violence ». Et de préciser qu’au Québec, le contre-sommet avait été relégué à 200 kilomètres du sommet, alors qu’à Biarritz « on essaiera que ça soit à moins de 100 kilomètres ».

jeudi 21 février 2019 à 10:25 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque et France Bleu

https://www.francebleu.fr/infos/politique/biarritz-ils-demandent-l-annulation-du-g7-1550741136

+++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

La plateforme anti-G7 demande l’annulation du sommet

Cinq membres de la plateforme G7 Ez-Non au G7 ont interpellé le maire de Biarritz Michel Veunac pour réclamer l’annulation du sommet, prévu du 24 au 26 août dans la cité balnéaire. Ils lui ont demandé de ne pas “cautionner” le G7 et l’ont prévenu qu’ils se mobiliseraient.

Anaiz Aguirre Olhagaray|22/02/2019 07:29|0 commentaires

Guz_rencontre-entre-maire-biarritz-et-repre_sentants-anti-g7_biarritz_gfauveau01

La plateforme Non au G7 attend des nouvelles du sous-préfet, qui leur aurait assuré être prêt à dialoguer. © Guillaume FAUVEAU

Sollicité par la plateforme G7 Ez-Non au G7, le rendez-vous de ce mercredi 20 février à la mairie de Biarritz avait d’abord pour objet de présenter au maire, Michel Veunac, ce collectif composé de 36 organisations différentes, associées à d’autres structures à l’échelle hexagonale (Attac France, le Criid, Solidaires, la Confédération paysanne) et européenne. Les cinq représentants de la plateforme anti-G7 ont interpellé Veunac sur les différents points qui les inquiètent : la « prétendue utilité » du sommet, les mesures sécuritaires envisagées et les « prétendues retombées économiques locales ». Conclusion du collectif : il faut annuler le sommet du G7.

Le sommet des sept puissances mondiales leur paraît « inutile ». Il ne s’agit selon eux que de « réunions informelles » sans impact aucun sur la population mondiale et les pays émergents. « Leur petite sauterie est ridicule », estime Patricia Leuenberger, conseillère municipale à Bayonne et membre de la plateforme anti-G7. « Ce sommet représente un coût pharaonique alors que dans le même temps, on demande aux citoyens de faire des économies ». Une organisation à la forte empreinte carbone, aussi. « C’est complètement aberrant », juge Patricia Leuenberger.

La crainte de violences policières

La plateforme Non au G7-G7 Ez s’inquiète aussi énormément du dispositif policier qui sera déployé pendant le sommet. Ses membres rappellent que lors du dernier G20 à Hambourg (Allemagne), « il y a eu de très graves affrontements », et que lors du sommet du G8 à Gênes (Italie) en 2001, la police avait tué un jeune manifestant. Le sommet du G7 de 2019 amènera « une très mauvaise ambiance », « un climat délétère », d’après le collectif d’opposants au G7.

Ils ont également rappelé au maire Michel Veunac les souvenirs de la manifestation du 18 décembre, à l’occasion de la venue à Biarritz du ministre des affaires étrangères. Un policier avait alors visé avec un flash-ball le visage de la jeune Lola Villabriga, lui provoquant une triple fracture de la mâchoire. Une violence policière à propos de laquelle les anti-G7 soulignent le « silence éloquent » de la part des élus locaux.

Un contre-sommet en préparation

Même s’ils ne se prononcent pas encore sur la manière dont s’articulera la mobilisation pendant le G7, les membres de la plateforme assurent qu’elle aura bien lieu. En amont d’abord (comme cela a été le cas samedi dernier) pour continuer à marteler leur demande d’annulation du sommet et convaincre la population, et « à défaut » durant le G7, pour « empêcher » son déroulement. « Veunac s’est dit favorable à la manifestation », rapporte Hartzea Lopez, « mais ‘dans le calme’. Il a même lâché qu’on pourrait manifester ‘en silence' », sourit-il.

SOURCE : https://mediabask.naiz.eus/fr/info_mbsk/20190222/la-plateforme-anti-g7-demande-lannulation-du-sommet

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

SOURCE : Sud Ouest 21 02 2019