G7 à Biarritz : un point info pour « rassurer les gens »

Pyrénées-Atlantiques : le nouveau préfet Eric Spitz prend ses fonctions
Le nouveau préfet Eric Spitz a été accueilli ce lundi matin par les élus dont le maire de Pau, François Bayrou

Photo Patrice Martins de Barros

A l’issue de la traditionnelle cérémonie au monument aux morts de Pau, le successeur de Gilbert Payet s’est présenté aux élus et autorités

Il arrive de la Drôme, est né en Alsace, a servi l’Etat jusqu’en Mélanésie, à Tahiti ou en Guyane, au fil d’une carrière menée loin des cabinets parisiens, sur le terrain. Le nouveau préfet des Pyrénées-Atlantiques Eric Spitz a pris officiellement ses fonctions à Pau ce lundi matin.

Comme le veut la tradition, sa mission a débuté lors d’une cérémonie solennelle au monument aux morts, avec en fond de décor, la chaîne des Pyrénées recouverte d’un beau manteau blanc qui lui a rappelé ses vacances à Accous quand il était enfant.

Le préfet entouré de l’ensemble du corps préfectoral du département, dont les sous-préfets d’Oloron et Bayonne, a salué l’ensemble des autorités civiles et militaires. Le maire de Pau, François Bayrou, le président du Conseil départemental, Jean-Jacques Lasserre, les députés Josy Poueyto et Jean-Paul Mattéi ainsi que l’élue régionale Natalie Francq et plusieurs élus départementaux étaient présents.

Le G7, la RN 134, l’ours et le loup

A l’issue de la cérémonie, le préfet Eric Spitz a convié les officiels à partager le verre de l’amitié dans les salons de la préfecture. Il a alors pris la parole pour se présenter, évoquer son futur travail et sa méthode.

L’organisation du G7 et G23 à Biarritz du 24 au 26 août prochain est le dossier le plus emblématique mais n’éclipsera pas d’autres questions comme la sécurisation de la RN134 entre Pau et le col du Somport. Dans la Drôme, Eric Spitz avait été confronté au loup. Dans les Pyrénées-Atlantiques, il aura selon ses propres mots, « l’ours et le loup » à gérer.

Il a déclaré « aimer le contact avant tout » et a fait sienne la maxime du préfet originaire de Guyane Félix Eboué : « aimer pour comprendre, comprendre pour agir ».

Publié le 18/02/2019 par Olivier Bonnefon.

SOURCE : https://www.sudouest.fr/2019/02/18/pyrenees-atlantiques-le-nouveau-prefet-eric-spitz-prend-ses-fonctions-5831691-4344.php

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

Décryptage – Les enjeux du G7 à Biarritz

Le 18 Fév. 2019

De l’hôtellerie au transport en passant par les chantiers de rénovation, la sécurité et même le chocolat, zoom sur les opportunités liées au sommet mondial…

On rappelle que 36 millions d’euros ont été débloqués pour organiser ce G7 biarrot, dont 12 auraient déjà été dépensés en 2018 pour les réunions préparatoires. Du côté de la ville hôtesse basque, on travaille assidument sur les moyens de tirer parti de l’événement.


C’est un événement hors norme qui mettra Biarritz et le Pays Basque sur le devant de la scène mondiale. Les chefs d’Etat des 7 pays les plus riches du monde seront au rendez-vous : Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie et Canada.


Ce sont ainsi des dizaines de milliers de personnes qui vont déferler sur le Pays Basque, avec plusieurs centaines de personnes accompagnant chaque chef d’Etat. Mais aussi plus de 5.000 journalistes du monde entier pour couvrir l’événement.

On commence par le dessert et par une petite anecdote édifiante : une rumeur circulait tout récemment, relayée par la presse rhône-alpine, à propos de l’origine lyonnaise des chocolats qui seront offerts aux délégations et aux chefs d’état lors du prochain G7. Il a donc fallu que le sous-préfet de Bayonne, Hervé Jonathan, remette les points sur les i. Oui, on dégustera bien des chocolats de Bayonne et du Pays basque au prochain G7 ! Les coussins lyonnais n’auraient en fait été distribués que lors d’une réunion préparatoire. Incident diplomatique évité. Ouf !


Un comité de valorisation territorial…

La petite histoire montre qu’au-delà du concert de contestations que l’événement peut déjà susciter, la question de ses retombées sur l’économie locale est un enjeu pris très au sérieux. À Biarritz, un « comité de valorisation territorial » réunissant les acteurs et pouvoirs locaux est déjà amené à plancher sur les actions à mener, sur le plan commercial, pour exploiter du mieux possible ce G7. La Ville vient d’ailleurs de répéter toute sa volonté de « maximiser les retombées économiques pour le territoire hôte du G7 ».


On note par ailleurs que l’Agence d’attractivité et de développement touristiques (AaDT) du 64 a bien coché les dates des 24, 25 et 26 août sur son calendrier. Celle-ci compte « faire découvrir Biarritz Pays basque » aux quelque 5.000 journalistes internationaux attendus sur place : un accueil leur sera réservé… toute l’année. L’une des questions serait d’ailleurs de savoir, en dehors des dates considérées, dans quelle mesure ce coup de projecteur sur Biarritz influera sur le tourisme local.


De très importants travaux de rénovation…

En parallèle, l’agence créera des contenus (texte, vidéo et photos) et mobilisera les offices du tourisme pour faire connaître et valoriser la zone dans le cadre de ce G7. Enfin, elle étudiera la fréquentation pendant l’événement. Une fréquentation qui sera fatalement élevée, avec d’abord plusieurs milliers de fonctionnaires et de diplomates étrangers (on parle d’un millier de personnes dans la seule délégation américaine), auxquels s’ajouteront lesdits journalistes et les 15.000 membres des forces de l’ordre qui sécuriseront les lieux. Sans parler des curieux, des mécontents et des autres…


On peut donc passer du dessert au plat de résistance, puisqu’il faudra bien nourrir et loger tout ce petit monde. L’Union des métiers de l’hôtellerie-restauration annonce un niveau de réservations « déjà élevé ». Difficile de faire plus précis, mais l’on devine que ce secteur saura tirer profit de l’événement, quoiqu’en une période naturellement chargée.

D’autres aussi, puisque certains chantiers plus ou moins préparatoires à ce G7 ont déjà été initiés. On a déjà parlé des travaux à l’aéroport de Biarritz (voir notre article – cliquez ici), dont il se murmure qu’ils viseraient (aussi) à faciliter un redécollage d’Air Force One, mais l’on pourrait de même évoquer la rénovation de l’Hôtel du Palais, finalement votée en octobre dernier. Les travaux, dont le montant est estimé à au moins 50 millions d’euros, devraient durer jusqu’en juin prochain. Des travaux qui, pour voir le verre à moitié plein, feront travailler de nombreuses entreprises locales.


Avant tout cela, en guise d’entrée en matière, il faudra bien que nos diplomates, nos fonctionnaires et leur matériel se déplacent, ce qui devrait produire quelques effets sur les transports aérien, ferroviaires et routier, tant au niveau des compagnies assurant les transferts qu’à celui des infrastructures aéroportuaires (Biarritz, Pau, Fontarrabie) ou des gares. Et donc des commerces associés. On n’imagine pas tout ce beau monde repartant sans son petit souvenir…


A noter aussi que dans le cadre de l’information au public sur la tenue du G7, plusieurs réunions publiques sont organisées dans les différents quartiers de Biarritz.

La Ville de Biarritz met également à disposition un Numéro Vert : 0 800 77 64 77 du lundi au vendredi de 10h à 18h et un Point Info G7 en Mairie : du lundi au jeudi de 10h à 18h ; le vendredi de 9h à 17h et le samedi de 10h à 13h, au Casino municipal.

La préfecture met à disposition du public l’adresse électronique suivante :
pref-g7-information@pyrenees-atlantiques.gouv.fr

 


Nous vous tiendrons régulièrement informés de la préparation de cet événement mondial qui aura aussi des retombées majeures sur l’ensemble du bassin de l’Adour.

 

SOURCE : https://presselib.com/de-lhotellerie-au-transport-en-passant-par-les-chantiers-de-renovation-la-securite-et-meme-le-chocolat-zoom-sur-les-opportunites-economiques-liees-au-sommet-mondial/?cn-reloaded=1

++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++++

G7 à Biarritz : un point info pour « rassurer les gens »

G7 à Biarritz : un point info pour "rassurer les gens"
Chaque personne est accueillie individuellement. Toutes les questions sont notées.

Raphaëlle Gourin

L’accueil ouvert à la mairie pour guider le public dans ses démarches et répondre aux questions des usagers sur l’impact qu’aura le sommet sur leur quotidien ne désemplit pas

Six réunions publiques dans les quartiers de Biarritz sont prévues d’ici la fin du mois. Les dates et lieux viennent d’être précisés. Mais pour l’heure, ceux qui veulent savoir à quelle sauce ils seront mangés durant le G7 peuvent aller poser leurs questions au Point info dédié, tout juste installé au rez-de-chaussée de la mairie. Ils peuvent aussi appeler la ligne téléphonique ouverte en même temps. Trois personnes en tout se relaient au bout du fil et face au public.

Depuis son ouverture le Point info désempli rarement. Il faut dire que dans les deux périmètres qui seront sécurisés, « on a recensé 15 000 logements », dit le maire, Michel Veunac. Entre les habitants à l’année, les résidences secondaires, et les touristes : difficile de dire combien de personnes cela représente pour l’heure. Sachant que les professionnels et leurs salariés sont aussi concernés.

Questions transmises

Pas étonnant donc de voir 45 personnes ou plus défiler certains jours au Point info, même si l’on est encore à plus de six mois de l’événement. Un grand panneau explicatif occupe un vaste pan de mur. Cartographie, zonages, dates : les informations incontournables y sont rappelées.

Une chargée de l’accueil sur place y montre à un commerçant biarrot dans quelle zone du périmètre de sécurité il se trouvera durant les quatre jours de fermeture (1) du centre-ville aux personnes non munies de badges.

Sa collègue tourne les pages déjà bien noircies du grand cahier posé derrière le comptoir. « Chaque visite, chaque question sont notées », désigne-t-elle. Toutes sont transmises à la préfecture.

« Le plus souvent, ce sont des gens qui viennent pour savoir quelles démarches faire pour obtenir leur badge », explique-t-elle. Il est indiqué aux personnes concernées qu’elles recevront bientôt un courrier explicatif. Ensuite, les badges ne seront sans doute, selon Michel Veunac, pas délivrés « avant mai ou juin ».

« Nous ne savons pas encore »

« Il y a notamment beaucoup de commerçants qui veulent en savoir plus parce qu’ils se demandent s’ils vont rester ouverts, comment ils vont faire pour recevoir leurs stocks, ce genre de chose », constate-t-on encore au Point info.

À chaque cas particulier sa réponse. Les inquiétudes exprimées sont aussi consignées. « Ce qui inquiète, par exemple, c’est la présence de pays comme les États-Unis. Les gens se disent que ça va être très lourd au niveau sécurité. Ils ont souvent besoin d’être rassurés. Nous sommes là aussi pour ça et pour leur rappeler que ces mesures ne durent que quatre jours. »

Toutes les questions n’ont toutefois pas encore de réponse immédiate. Et pour cause, indique le maire, « il y a des choses que nous ne savons pas encore sur plusieurs points d’organisations. Tout cela va se préciser et s’affiner au fil des mois. »

  • Des informations en continu

Pour qui ? Pour informer le public sur le G7, la mairie propose un accueil physique (Point info) et téléphonique via un numéro vert, jusqu’à la tenue du sommet international, du 24 au 26 août. Résidents, visiteurs, commerçants et autres professionnels peuvent s’y renseigner sur les dispositifs de sécurité et d’accès mis en place la veille de l’événement, soit dès le vendredi 23 août.

Point info Le Point info, ouvert au rez-de-chaussée de la mairie, accueille du lundi au jeudi, de 10 heures à 18 heures, et le vendredi, de 9 heures à 17 heures. Le samedi, l’accueil est assuré au casino municipal, de 10 heures à 13 heures.

Numéro vert Un numéro vert (0 800 77 64 77) est également actif du lundi au vendredi de 10 heures à 18 heures.

Un mail aussi À noter, la préfecture reçoit également les questions du public par mail, à l’adresse suivante : pref-g7-information@pyrenees-atlantiques.gouv.fr

Six réunions

Centre-Ville, mercredi 20 février, à 18 h 30, au casino municipal.

République, Larrepunte, Saint-Martin, mercredi 27 février, à 18 h 30, à la Maison des associations.

Saint-Charles, Le Phare, Larochefoucauld, lundi 11 mars, à 18 h 30, au Colisée

Bibi Beaurivage, Milady, La Colline, 13 mars, à 18 h 30, résidence Mer et Golf Eugénie

La Négresse, mercredi 20 mars, à 18 h 30, au lycée hôtelier

Braou, Ranquine, Aguilera, lundi 25 mars, à 18 h 30, à la salle polyvalente de l’école du Braou.

SOURCE https://www.sudouest.fr/2019/02/14/g7-a-biarritz-un-point-info-pour-rassurer-les-gens-5821788-4037.php

SUD OUEST le